Interview : Alya

Interview : Alya

itwalya.jpg

L’idée n’est pas de vous faire une biographie d’Alya dans cette introduction. Vous aurez largement ce qu’il vous faut dans les liens qui figurent en bas de cet article pour cela. Je veux juste vous parler rapidement des circonstances qui m’ont poussé à écrire sur le monsieur. Je suis constamment en train de scruter les artistes nantais et environnant pour les mettre en valeur. Alya est le seul qui pour l’instant s’est imposé à moi. Je le voyais ou entendais partout. J’ai pris contact avec lui et après plusieurs discussions, j’ai décidé de lui poser quelques questions.

Salut Alya. Avant d’en savoir un peu plus sur ton actualité, donne-nous un morceau histoire de rendre ce moment musical. 


 

Incroyable cette activité depuis quelques mois. Tu mixes et organises à Paris, au Mans et à Nantes. Tu crées des concepts de soirées. Tu es sur tous les fronts ! Explique-nous un peu tout ça.

Oui effectivement je suis plutôt content du parcours que j’ai accompli depuis mes 2 premières années en tant que DJ, mais je suis encore très loin de mes objectifs. Ma musique est axée plutôt Tech House, qui est pour moi encore un style rare en France. C’est pour ça que je crée mes concepts. Cela me permet de jouer ce que j’aime, dans un milieu qui me convient et de choisir les personnes avec lesquelles je travaille. Grâce à cette méthode, je suis plus efficace. 
 

Qu’essaies-tu de transmettre dans tes mix ?

L’énergie que la musique me transmet. Quand je mix, j’ai le sourire, j’ai la pêche, je danse et je veux que les gens soient dans le même état !
 

Lors de tes sets, c’est le public qui se fait à Alya ou le contraire ?

C’est toujours le public qui me suit. J’ai bien sûr des tracks de peaktime, qui sont plus ouverts au public. Mais ce qui m’aide le plus, c’est que je prépare toujours mes sets à l’avance, ce qui me permet déjà d’avoir, en amont, une dynamique intéressante. 
 

Que va-t-il se passer lors de la saison 2019-2020, pour toi ?

Cette saison s’annonce plutôt bien, des bookings avec de gros Djs dont je suis fan depuis longtemps, des dates à l’étranger, et surtout le fait qu’à partir de septembre je vivrai à 100% de ma passion. Je vais continuer à développer mon concept principal, Candyz. Je compte viser le sud de la France, en plus de Paris et de Nantes. Mais mis à part tout ça, le plus important pour moi est la musique en elle-même. De nos jours, c’est le seul moyen pour un Dj d’évoluer à un haut niveau. Je vais donc continuer à travailler dur tous les jours dans mon studio, jusqu’à ce qu’un jour, peut-être, ma musique tapera dans l’oreille de bonnes personnes.
 

Et si on voit plus loin, dans cinq ans par exemple, tu aimerais faire quoi ?

Tout simplement exactement ce que je fais maintenant, mais à un niveau beaucoup plus haut et beaucoup plus vaste. Je ne m’arrêterai jamais !

Merci d’avoir répondu à ces quelques questions.

Merci à toi et à YourDJ pour votre interview, vous faites du très bon boulot en France et j’espère qu’on continuera à bosser ensemble pour la suite.

FACEBOOK / SOUNDCLOUD / INSTAGRAM / SPOTIFY / MIXCLOUD / BEATPORT / RA / TWITTER

 
Fabien, rédacteur YourDJ

yourdj-embleme-rond.jpg
 
 

Nantes 
b2-copy.png

Nous soutenir

Ecouter

Choisis ta ville préférentielle

Data too long for column 'isp' at row 1