S02E04 / Salade de câbles pour la Gear Syndrome 7

S02E04 / Salade de câbles pour la Gear Syndrome 7

gearsyndrome.jpg

Gear Syndrome, c’est le bébé d’artistes venant de Scandium Records, un label techno né dans les années 2000 dans le Sud de la France (cocoricooo), et qui a vu passer des gros noms tels que Oxia et Maxime Dangles, Michael Mayer, rien que ça !

Prochainement, YourDJ accueillera leur 7e événement annuel : 6 à 7 artistes réunis dans une maison de campagne avec pour seule tâche de nous régaler à base de live sets ! A savoir que rien n’est préparé à l’avance, tout est en totale impro. Ca force le respect ! Mais avant cela, on a discuté un peu avec L1V3

 

Hello ! Nous savons que le collectif est issu de toi et Paul Nazca, peux-tu nous raconter les débuts de votre aventure ? 


L1V3 : L’aventure commence en 2000 avec la création du label que Paul a fondé avec André Dalcan. J’ai rejoint le crew entre 2001 et 2002 pour m’occuper de tous les aspects internet du label. C’est en 2013 que j’ai repris les rennes après une période de restructuration. Un réveil du label qui a pu concrétiser le retour aux vinyles et la sortie de Memory : L’excellent EP de Paul qui s’est avéré être un beau succès mondial.
Paul et moi, on est tous les deux passionnés par les machines, en particulier les vieux synthés analogiques des années 70 et 80. Paul en a d’ailleurs une bien plus belle collection que moi. 

L’idée de Gear Syndrome m’est venu naturellement il y a 8 ans (2013) et je l’ai tout d’abord proposé à Paul qui a trouvé le concept interessant, puis au reste de la bande. Le concept part de l’idée que la majeure partie des artistes de Scandium fait de la musique en tant que métier. C’est un métier génial, mais cela reste un métier : avec ses contraintes, ses obligations, son stress parfois. Au point, qu’on peut perdre de vue les aspects fun. Je voulais redonner à certain de nos artistes l’accès à ce côté « pas prise de tête ». Un moment de partage cool : on vient avec ses machines, on se synchronise, on boit des coups, et on joue sans rien préparer, sans se poser de question, sans enjeux. Ca a commencé comme ça, entre nous. Puis l’idée du streaming est arrivé plus tard, en 2016.

 

Chaque événement Gear Syndrome est accompagné d’un setup impressionnant, quelles machines appréciez-vous le plus utiliser ? Quelles sont celles pour lesquelles vous vous spécialisez ?


L1V3 : Me concernant, j’ai fais de l’improvisation le coeur de mon projet. Je me suis lancé dans la quête du setup parfait pour improviser lors de mes lives. Mon objectif ultime est de débarquer le soir d’un gig et d’improviser à 100%. Mais pour ne pas faire de la m..... ça demande en fait énormément de préparation, et des machines qui permettent de retranscrire instantanément l’idée qui te vient alors que ton public est en train de danser. Le coeur de mon setup aujourd’hui c’est mon Elektron Octatrack. C’est pour moi, une machine à placer dans le top 5 des meilleurs instruments inventés de l’Histoire. Elle permet, avec du sample, une telle versatilité et une telle rapidité d’exécution, c’en est bluffant. C’est pas facile d’accès, mais quand tu commences à maitriser... quel bonheur. L’astuce est d’ensuite lui ajouter des compagnons sympas. Histoire de varier, j’ajoute une Novation monostation, un petit synthé analogique au son puissant intégrant un séquenceur (parfait pour les lignes de basse) et un Virus TI2 ou un Waldorf Blofeld. Tous les deux ajoutent de la multitimbralité, de la nappe et de la profondeur au setup.

gearsyndrome2.jpg
 

Est-ce-que tu peux présenter le setup que chaque artiste aura pour cette édition ?


L1V3 : Ca serait compliqué et très long. On le voit plus comme un gros bloc de machine synchronisées. Dont voici la liste.

109360430-286066445805358-1691523463945077436-n.jpg

109419848-295101371603768-6762794898534627760-n.jpg

Les stars de cet évènement, c’est vraiment elles : les machines. On essai d’y intégrer de tout. Du séquenceur numérique ou analogique, du synthé analogique, mais le digital n’est pas en reste : Les synthèses à table d’ondes ou granulaires sont également présentes. Le modulaire y a une place importante également. Waxx est un féru du DIY (Do it yourself). Cette année il va d’ailleurs venir avec un module de son invention. Une première pour une Gear Syndrome. La plus grosse difficulté reste dans la synchronisation de toutes ces machines parfois capricieuses si anciennes et pour cela on utilise des clocks externes robustes, qui permettent à un artiste qui se désynchroniserai, de se resynchro sans imposer aux autres de tout redémarrer. Aucun ordi n’est impliqué dans le setup : trop de problèmes, de crash, de bug. Le tout est enregistré en numérique, en multipistes sur une livetrak L20 et retransmis en live vers un petit setup multicaméras.
 

Sera-t-il un jour dans vos projets de rendre cet événement annuel public ?


L1V3 : J’en rêve. Mais c’est très complexe. Certaines tentatives ont été faites, mais pour le moment infructueuses. Et cette année, le covid a bousillé les plans. Ca demande une sacré logistique. On ne peut pas imaginer faire cela pour 2 heures de set dans un club. Ce concept relève des festivals à mon sens. Et si ça doit se faire, il ne faut pas que cela dénature l’idée originale: du fun, et pas de prise de tête. Si un jour on se retrouve à le faire dans un festival, on continuera malgré tout de le faire entre potes une fois par an en pleine campagne.
 

Elles sont si bonnes que ça tes ribs ?


L1V3 : de renommée internationale ouais!! Il faut savoir que je suis d’origine sud africaine. Et là bas, le barbecue, c’est le plat national. Y’a une pièce généralement dédiée dans la majorité des maisons. Cette recette, elle vient de ma grand-mère sud africaine et compte 24 ingrédients secrets pour la sauce. Je vous laisse imaginer, la bave coulante au bord des lèvres, « comment que c’est bon... »

ribs-gif.gif
 

Enfin, avez-vous une découverte récente (podcast, track) à faire partager à nos lecteurs ?


L1V3 : Nous sommes particulièrement fier du dernier EP, disponible ICI

Un EP qui marque l’entrée de Hallsax dans le label. Un artiste toulousain, qui produit une techno mélodieuse et puissante. L’EP inclu un remix de Paul que je trouve magnifique.


Publié le 20/07/2020
 
Eva, rédactrice YourDJ

yourdj-embleme-rond.jpg
 

Montpellier 
b2-copy.png

Nous soutenir

Ecouter

Choisis ta ville préférentielle