Réouverture des clubs, le bout du tunnel pour les gérants d’établissements

Le ministre délégué aux PME, Alain Griset, a annoncé ce lundi 21 juin la réouverture des discothèques le 9 juillet prochain.

 « Les discothèques, c’est ce dernier secteur de notre économie qui n’était pas rouvert. C’est désormais acté, rendez-vous sur la piste de danse à partir du 9 juillet »

Alain Griset – Twitter

Les établissements de nuit, fermés depuis mars 2020, pourront donc accueillir de nouveau les fêtards cet été, mais à certaines conditions : une jauge de 75% sera imposée pour les clubs intérieurs, 100% pour les établissements en extérieur.

Concrètement, comment ça va se  passer ?

Depuis plusieurs semaines, le gouvernement a travaillé en collaboration avec les professionnels du secteur pour établir un protocole sanitaire à mettre en place pour la réouverture des boîtes de nuits et des discothèques. Aussi, selon les informations communiquées par Alain Griset, ministre délégué aux PME ce lundi 21 juin, le protocole dans les discothèques sera le suivant :

  • pour les boîtes de nuit en intérieur, une jauge de 75% sera imposée ;
  • les établissements en extérieur pourront ouvrir à 100% ;
  • un pass sanitaire sera demandé à l’entrée ;
  • le port du masque ne sera pas obligatoire à l’intérieur.

Pass sanitaire obligatoire

Selon le protocole de réouverture des boîtes de nuit françaises annoncé par Alain Griset lundi 21 juin, il sera nécessaire, pour aller danser, de présenter un pass sanitaire. Il s’agit donc d’un certificat de vaccination (complet) ou d’un test PCR négatif. De quoi allonger un peu plus les files d’attente devant les lieux nocturnes les plus populaire d’avant la crise sanitaire, mais la condition inévitable pour pouvoir retourner en discothèque en y limitant les risques de contamination et de transmission du Covid-19.

Une ouverture attendue depuis 2020

Les boîtes de nuit et discothèques ont fermé leurs portes en mars 2020, dans la lignée des mesures gouvernementales prises pour endiguer la pandémie en France. Si les restaurants, cinémas, musées et théâtres ont rouverts, tout comme les clubs libertins, les gérants des établissements de nuit attendaient avec impatience le feu vert du gouvernement.

Selon les calculs du SNDLL (Syndicat national des discothèques et lieux de loisir), sur les 1 648 discothèques que comptait la France avant la pandémie, 25% sont en difficulté, et 131 en liquidation judiciaire. Aujourd’hui, seules 1 500 boîtes de nuit pourraient rouvrir.

Alerte Apéro à Montpellier
Alerte Apéro à Nantes

Derniers articles

Articles liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

X